Royaume du Maroc - A propos de la mission - Plan du site - Liens utiles
 Discours royaux
 Séminaires
 Candidature du Royaume du Maroc au Conseil des Droits de l'Homme 2014 -2016
 
 Communiqués
 Séminaires sur l'initiative Marocaine d'autonomie pour le Sahara
 Parachèvement de l’intégrité territoriale
 Grandes thématiques



Aperçu historique

Le Royaume du Maroc occupe dans l’histoire de la colonisation, comme dans le processus de décolonisation, une place singulière qui s’écarte du schéma habituel qui s’applique à d’autres pays.

En effet, de par sa position géographique aux portes de l’Afrique et à la jonction de la Méditerranée et de l’Atlantique, le Maroc a été, pendant des siècles, la cible des convoitises étrangères, particulièrement européennes. Celles-ci ont débuté dans la deuxième partie du XIXème siècle avec l’occupation d’un comptoir par l’Espagne en 1884 à l’extrême sud du pays, villa Cisneros (Dakhla), suivie de la conclusion entre puissances européennes d’accords secrets pour se répartir les zones d’influence et d’occupation au Maroc.

C’est ainsi qu’en 1912, le territoire marocain s’est trouvé réparti entre plusieurs zones d’occupation:

  • La zone du Centre par la France
  • La zone Nord y compris les présides de Sebta et Mélilia et les Iles avoisinantes par l’Espagne
  • Sakkiat El Hamra, Oued Eddahab, les villes de Tarfaya et Sidi Ifni par l’Espagne
  • La zone internationale de Tanger confiée à un Conseil composé de 12 puissances étrangères
Quarante quatre années après, le Maroc a commencé à recouvrer, graduellement et à travers des accords internationaux négociés, son intégrité territoriale.

C’est ainsi qu’en 1956, la France et l’Espagne rétrocédèrent au Maroc les zones du Centre et du Nord et que la zone de Tanger revint à la souveraineté marocaine.

A partir de cette année là, et compte tenu du maintien de la présence espagnole dans les présides du Nord et du Sud du pays, le Maroc et l’Espagne, soucieux de développer des relations de bon voisinage tournées vers l’avenir, ont décidé d’adopter la concertation et la négociation comme moyen privilégié pour régler le contentieux territorial.

De cette politique résolue de règlement pacifique des différends sont nés, l’Accord de 1958, en vertu duquel la ville de Tarfaya a été rétrocédée au Maroc, celui de 1969, qui a consacré le retour de Sidi Ifni et l’Accord de Madrid de 1975 qui a marqué la fin de la présence espagnole au Sahara, enfin la réintégration de toutes les provinces sahariennes au Maroc à partir de 1979.

Tous ces Accords ont été négociés entre le Maroc et l’Espagne à la suite de recommandations des Nations Unies. L’Accord de Madrid a été conclu le 14 novembre 1975 entre l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie à la suite de l’avis consultatif rendu par la CIJ le 16 octobre 1975 sur le Sahara occidental et le lancement par Sa Majesté Hassan II, le 6 novembre 1975, d’une marche pacifique « la marche verte » pour expliquer l’attachement du peuple marocain au parachèvement de son intégrité territoriale.